Plonger sous terre, pourquoi faire ?

Cette question nous a été posée tant de fois qu’il est impossible de les dénombrer. A quoi bon y répondre de toute façon, les sceptiques le resteront et nos explications ne permettrons pas de les persuader de l’évidente nécessité d’aller sous terre. Pourquoi nous justifier ? Pourquoi tenter d’expliquer notre passion ? Quoi qu’il arrive, nous passerons pour des personnes étranges, pas tout à fait censées. Grimper en haut d’une montagne, ça se comprend mais s’enfoncer sous terre et sous l’eau en prime. Alors là, non ça dépasse l’entendement, inutile de se fatiguer à convaincre, nous pouvons juste égrainer nos motivations sans espoirs de convaincre qui que ce soit. En premier lieu pour le plaisir, évidemment. Car souvent les paysages minéraux sont magnifiques, féeriques, avec des formes de roche sublimées par les éclairages et les reflets argentés.Il est aussi possible de trouver de nombreuses raisons psychologiques, fuir le monde des humains, chercher le grand frisson, retrouver le ventre maternel, se chercher soi même, donner du relief à son existence, flatter son ego, se lancer dans une quête spirituelle. Pourquoi pas ? Et pour une minorité, la grande motivation se cristallise dans l’exploration des derniers territoires vierges de la planète. En surface, il ne reste plus beaucoup de lieux où l’homme n’est jamais allé mais là, en dessous, c’est encore les vastes étendues vierges. Pas besoin de courir à l’autre bout de la terre, là, juste à quelques kilomètres, en bas de chez vous, presque. Des centaines, des milliers de kilomètres de rivières souterraines,de galeries, de grottes n’ont jamais été fréquentées par l’humain. Y aller ne changera pas l’avenir de l’humanité mais néanmoins certains enjeux comme l’eau peuvent s’avérer très rapidement vitaux, vu notre inconscience actuelle quant à la pollution des sous sols. Alors ce monde inconnu, c’est un rêve de gamin, celui de franchir la porte dérobée, de s’émerveiller du silence, de l’immensité, de l’infiniment grand ou de l’infiniment petit. Le désire de ressentir l’excitation de la découverte, de s’enfoncer dans l’obscurité absolue, dans l’inconnu, là où personne n’est jamais allé et pour prolonger un peu plus la carte du monde cavernicole. S’enfoncer sous terre, c’est quitter la surface, partir très loin même si nous ne nous enfonçons de quelques centaines de mettre, car immédiatement, nous basculons dans une autre dimension, la cinquième peut être.