Confrérie

Qui c’est qui ?

Michel Letrone. (†) L’un des pères fondateurs de cette activité en France. Associé au Clan des Tritons, il a jeté les premières bases de la plongée souterraine hexagonale. Il aura participé à de très nombreuses explorations dans la région Lyonnaise dont il était originaire mais aussi dans les Pyrénées, comme à la Pierre Saint Martin.

Frédéric Badier. Plongeur spéléo français, actif dans les années 90, il a notamment explorés les sources de Marnade, de l’Ecluse, d’Alvélia et du Castor. Il est le créateur d’un recycleur latéral le Joker (version SCR) et le Joki (version CCR). Une « tronche » ne se prenant pas au sérieux, capable de réunir dans la joie et la bonne humeur de nombreux plongeurs pour réaliser de belles explorations.

Jean Pierre Baudu. Plongeur spéléo français qui réalise de belles explorations notamment dans les gorges de l’Ardèche (source du Bateau/Ecluse, source du Castor). Il plonge en double recycleurs semi fermé et il effectue toujours un travail complet (topographie, relevés topographique, prélèvement scientifique).

Philipe Bigeard. Plongeur souterrain français, réputé pour son franc parlé et pour son gros caractère. Derrière ses aspects bourrus et ses coups de gueules légendaires se cachait un esprit vif, fin et d’une grande clairvoyance. Il a grandement contribué à l’évolution de la plongée souterraine, tant par la justesse de ses analyses techniques que par ses créations d’équipements spécifiques. Il a été l’un des précurseurs de la plongée « sidemount », avec la création de ce que l’on appelait à l’époque, un harnais destructuré. Retiré des affaires depuis de nombreuses années.

Steve Bogaerts. Explorateur et plongeur souterrain britannique vivant dans le Yucatan depuis de nombreuses années. Il a participé activement à l’exploration de plusieurs réseaux souterrains du Yucatan. Plongeur excessivement expérimenté, il démontre une maîtrise technique exceptionnelle. Il a développé un harnais spécifique à la plongée « sidemount » et en parallèle il a « franchisé » son label, en développant un réseau d’instructeurs.

Jean Jacques Bollanz. (†) Encore un grand plongeur suisse qui explora avec talent et avec une immense modestie de nombreuses cavités. Passionné du monde souterrain, il Il est « parti » à 67 ans, lors d’un retour d’exploration dans le source de Lili en Grèce.

Jacques Brasey. (†) dit Tom Pouce. Plongeur suisse qui réalisa de nombreuses explorations, en Suisse, en France, en Italie. Il fait partie de cette génération de plongeurs helvétiques qui ont secoué le monde caverneux avec des explorations exceptionnelles tant au niveau des résultats que de la qualité des topographies. En 1992, il atteint la profondeur de 137 mètres, à 1050 mètres de l’entrée au Goul de la Tannerie. Quelques mois plus tard, alors qu’il effectuait des paliers thérapeutiques dans la vasque de la source de Su Cologne en Sardaigne, il est emporté par une crue qui l’entraîne dans le lit de la rivière où il sera retrouvé décédé.

Bulles Maniacs. Groupe de copains, plongeurs souterrains français ayant œuvré pendant de nombreuses années sur le territoire avant de tenter une aventure chinoise. Spécialisé dans la plongée de trou de chiottes, d’où leur surnom les « Ultimate Chiottes Cave Diver », ils écrivirent quelques grandes pages de la plongée souterraine des cavités oubliées, vaseuses et pas très engageantes.

Jean-Louis Camus. Compère d’aventure de Bertrand Léger, il est l’un des grands explorateurs et plongeurs spéléo des années 70/80. Il a trempé ses palmes (presque) partout, dans des grandes résurgence, dans des petites, au fond des grottes et il a exploré des kilomètres de galerie. Une légende en son propre temps… !

CDG (Cave Diving Group). Organisation britanique regroupant les plongeurs souterrains anglais.

Joël Enndewell (ou Endo). Une des figure emblématique de la plongée souterraine française. Fondateur du PSP (Plongeurs Spéléo de Paris), il a exploré quelques belles cavités comme Caumont, l’Orbiquet, la Sexagésime et au Goueil di Her. Il s’est aussi fait remarqué sur les pistes de moto en menant une très jolie carrière de pilote de side-car.

Bernard Glon. Appelé le « géo trouve tout » de la plongée souterraine, est un plongeur spéléo, membre du légendaire PSP. Il est connu pour sa gentillesse mélangé à un côté un peu bourru et surtout pour son inventivité dans la création d’équipements dédié à la plongée souterraine. Notamment ses éclairages qui pendant de nombreuses années furent les meilleurs de ce qu’il était possible de trouver sur le marcher. Il a aussi particpé à la réalisation du recycleur Joky et à de nombreuses piéces spéciales pour bons nombres de cinéastes sous marins professionnels.

GLPS. Groupe Lémanique de Plongée Souterraine. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un groupe de plongeurs helvétiques regroupant la fine fleur de ce « petit » pays. Au sommet de son activité, il regroupait sans doute les meilleurs plongeurs européens de l’époque (années 70/80). Très actif en Suisse, mais aussi en Europe et à travers le Monde, ils ont été innovant et performant à de nombreux niveaux. Ils effectuèrent de très grandes explorations, avec l’utilisation des techniques des mélanges respiratoires*, la réalisation des topographies précises et détailles, l’utilisation des propulseurs, des cloches de décompression. Les principaux membres de l’équipe sont : Cyrille Brandt, Claude Magnin, Olivier Isler, Philippe Schneider, Pascal Perracini , Léopold Jaton et Jean-Jacques Bolanz.

Xavier Goyet. (†) Plongeur français, excessivement actif dans les années 70 et 80. Il décèdent lors d’une plongée d’exploration aux mélanges, en 1986, dans la source de Saint Sauveur dans le Lot.

William « Bill » Hogarth Main. Plongeur souterrain et explorateur américain qui contribua à une évolution notoire dans les grands principes d’équipements et de « philosophie » de la pratique. Il s’appliqua à enlever tout le superflus et à ne garder que l’essentiel, autant dans le matériel que dans son utilisation. Plus tard, le principe fût poussé encore plus loin par l’école DIR (Do It Right) qui appliqua et standardisa ces principes avec une extrême rigueur.

Olivier Isler. Ce plongeur helvétique a été l’un des précurseurs de la plongée souterraine en recycleur et surtout du concept d’autonomie totale. Il a conçu avec Alain Ronjat, un recycleur semi fermé autonome, le RI 2000. Il a effectué des plongées en triple recycleur, avec double propulseurs ouvrant la porte aux techniques d’exploration modernes. Malheureusement l’encombrement et la lourdeur de sa machine lui interdisaient de sortir de l’eau ou le passage par des galeries étroites. Il a explorés de nombreux siphons dans toute l’Europe, Doux de Colly, Ressel, le tunnel Atlandida, la Chaudane, etc…

Corentin Queffelec. (†) Ingénieur et aviateur, il participe à l’exploration de la Pierre Saint Martina près avoir été contacté pour concevoir le treuil qui servit à remonter le corps de Marcel Loubens du fond du puits Lépineux. Il est l’auteur du livre «  Jusqu’au fond du Gouffre », retraçant les explorations à la Pierre. Il se tue accidentellement aux commandes de son avion en percutant un bâtiment sur l’aéroport de Toussus le Noble, en 1985.

Jean Marc Lebel. (†) Encore, une légende de la plongée francophone. Il aura écumé de nombreuses cavités ingrates et peu convoitées. Il aura aussi exploré de belles classiques, comme la grotte de Saint Marcel en Ardèche ou la résurgence de Crégols dans le Lot. Ouvert et disponible, il partageait avec les autres, ses découvertes, ses topographie et son expérience. Son esprit vif et frondeur, ainsi que son humour dévastateur ont marqué profondément les années 90 et son départ prématuré laisse un grand vide dans le milieu caverneux.

Bertrand Léger. (†) Une légende dans le milieu de la plongée souterraine. Il a exploré des centaines de cavités, fond de trou, résurgences, longues, profondes ou « trou de chiottes ». Scaphandrier professionnel, pour la Comex puis pour Hydrokarst, puis à son compte, il avait une parfaite connaissance des techniques modernes de plongée. Fort de ces compétences, il a été l’un des premiers en France à utiliser les mélanges respiratoires lors de plongées profondes souterraines. Il décède à 37 ans, accidentellement dans le Vercors, en chutant tout équipé pour accéder à une cavité.

Eric et Francis Leguen. Plongeurs souterrains français. Ils ont réalisé de très belles explorations, en France, en Europe et en Australie. Il aura aussi et surtout été l’un des premiers a raconter ses plongées, à l’aide de textes palpitants et de photographies magnifiques. Il est l’auteur de « Scaphandriers du désert », le récit de l’exploration de la grotte de Cockelbiddy en Australie.

Nicolas Maignan. (†) Avant tout pompier et secouriste, ce plongeur spéléo débordait de vie, de bonne humeur et de générosité. Passionné par cette activité, il cherchait l’exploration, la première avec frénésie. Appelé sur une opération de secours dans une source du Jura, il participa à la sortie du corps d’un plongeur vivtime d’un accident. Et malheureusement, survint ce que tout sauveteur redoute, le sur accident. Pour des raisons qui resteront toujours inexplicable, il perdit la vie en voulant apporter son aide à autrui.

Patrick Mugnier. Plongeur spéléo très actif dans les années 90 qui s’est fait « remarqué » lors d’un accident dans la grotte des Fontanilles où il survécut plusieurs jours, coincé dans une cloche suite à un accident de décompression, couplé à une perte de fil et à une rupture d’autonomie. Il fût sauvé in extremis par l’équipe de secours qui parvint à le sortir de là dans des conditions presque désespérées (délabrement physique, combinaison étanche ouverte..)

Frédo Poggia. L’un des plus grands explorateurs et plongeurs souterrains français. Depuis plus de 40 ans, il continue avec le même enthousiasme à explorer les siphons. Spécialisé dans la plongée fond de trou, il n’hésitait pas à plonger seul au fond du gouffre Berger… ! Véritable force de la nature, d’une résistance « surhumaine », il continue encore et encore à plonger.

Sylvain Redoutey. Plongeur souterrain français qui œuvre depuis des années dans les cavités hexagonales. Aussi à l’aide dans la zone des 200 mètres de profondeur que dans des galeries étroites et sans visibilité, il a notamment exploré le Goul de la Tannerie à Bourg Saint Andéol et le Frais Puits. Plus discret ces dernières années, il n’en continue pas moins à explorer de nombreux réseaux.

Rick Stanton. Plongeur et explorateur britannique. L’un des plus incroyables explorateur souterrain. Je n’aurais pas assez de place pour retranscrire la totalité de ses explorations, tellement elles sont nombreuses et exceptionnelles. Il a révolutionné l’exploration en mettant en œuvre, avec parfois des moyens matériels dérisoires, une nouvelle approche que l’on pourrait qualifier d’Alpine, basée sur la rapidité, la vitesse. D’une endurance rare et d’une détermination toute britannique, il a, aux quatre coins du monde, repoussées toutes les limites sensées être indépassables.

Frank Vasseur. L’un des contributeurs les plus importants à la cause souterraine. Il fait parti de ces explorateurs longue durée qui d’année en année continue inlassablement leur travail d’exploration, de publication et de formation. S’il continue comme ça, je parie sur une belle statue post mortem sur la place du village pour célébrer son héritage, mais il va falloir encore attendre de nombreuses années car il n’est pas prêt à prendre sa retraite.

John Volanthen. Plongeur souterrain britannique. Il fait parti du groupe de plongeurs anglais les plus actifs et les plus performant. Il a notamment été l’un des acteurs de la plongée record à Pozo Azul à plus de 9000 mètres de l’entrée. Il pousse l’engagement à un point jamais égalé comme dans la résurgence de Rinquelle en Suisse ou il a du lutter de nombreuses minutes face au courant dans une branche avale pour parvenir à ressortir.