Cuves d’Archiannes

Situation :

Les résurgences appelées cuves d’Archiane ou grottes de Tournières se situent dans le magnifique cirque d’Archiane, dans la Drôme, sur la commune de Treschenu-Creyers. Cet endroit se trouve sur la façade sud du Vercors, la Glandasse. L’altitude en bas du cirque est de 800 mètres environ et de 1820 mètres au point le plus haut.

La petite histoire :

1971 – Jérôme DUBOIS du FLT plonge la grotte du bas sur 90 m/ – 25 m.

1972 – Jean-Louis VERNETTE du GEPS de Marseille continue l’exploration jusqu’à 140 m / – 25 m. Arrêt sur une étroiture en diaclase.

1975 – Jean-Louis CAMUS et Daniel ANDRES plonge le siphon sans réussir à franchir l’étroiture terminale.

1984 – Bertrand Léger, plonge la cavité en crue et avec un niveau de 10 mètres supérieur à l’étiage (35 m au lieu de 25). Il ne parvient pas à franchir l’étroiture.

Il plonge à nouveau quelques jours plus tard, le niveau a baissé de 5 m. Il franchit l’étroiture en décapelant. La galerie s’agrandit et présente plusieurs départs. Il s’arrête à 215 m/-38m (-35 à l’étiage environ)

2002/2003 – L’équipe Bulles Maniacs effectuent quelques plongées. Ils plongent la grotte n°2 et n°1 et ils jonctionnent les deux.

Description :

Les sources d’Archiane constituent la deuxième résurgence du Vercors Sud avec un débit d’étiage de 300 l/s. Les émergence pérennes sont impénétrables mais il existe trois cavités temporaires qui se terminent toutes sur des siphons.

Les quatre «phénomènes » font partis du même réseau.

La première résurgence pérenne est impénétrable. L’eau sort par un éboulis de roches, à gauche de la route, en contrebas lorsqu’on se dirige vers le hameau.

La seconde résurgence temporaire, dite grotte inférieure est accessible par un sentier à droite de la route. Elle développe 250 mètres environs pour une profondeur moyenne de 25 mètres. La mise à l’eau s’effectue en bas d’une faille de 8 mètres.

La troisième résurgence, temporaire elle aussi, dite grotte moyenne se situe à une trentaine de mètres au-dessus. A l’étiage, on accède au siphon après le passage d’un laminoir et d’une galerie basse. Deux siphons terminent les conduits aériens.

La quatrième résurgence, dite grotte supérieure, se situe à une cinquantaine de mètres au-dessus de la grotte moyenne. Elle se met en charge une à deux fois par an. Un premier siphon en bas d’un puits de 8 mètres est inaccessible, laminoir impénétrable. Un second siphon au bas d’un puits de 15 mètres sera visité la seconde fois. Pour y accéder, il faut franchir un laminoir sévère.
L’eau est à 5 ° et la visibilité se trouble rapidement après l’étroiture de la grotte basse.

Topographies :