Octopus.2. n° 19. Plonger dans l Empire du milieu.

Plonger dans l’Empire du Milieu.

Plonger dans l’Empire du Milieu.

Vous en entendez sans doute parler depuis le début des explorations françaises en 2011. La Chine s’ouvre au monde et à la plongée. Destination improbable, inhabituelle, étonnante, déroutante. Destination fascinante, comme ce pays immense, démesuré. Plonger en Chine, ça n’est pas uniquement plonger dans un pays étranger, ça n’est pas uniquement une destination plongée des plus originales et des plus surprenantes. Non, c’est aussi et surtout la rencontre avec une civilisation et une culture à la fois millénaire mais aussi dynamique et d’une modernité effarante. Plonger en Chine, à Du’an, c’est s’immerger dans l’une des régions plus prometteuses de la planète. L’étendue, la densité et l’immensité des cavités entrevues en fait un événement majeur dans le monde de la plongée souterraine. Dans le monde de la plongée tout simplement, car là-bas, il est possible de pratiquer toutes les plongées, la plongée loisir, la plongée technique et profonde et bien évidemment, la plongée souterraine.

L’aventure a commencé en 1985 avec les premières expéditions britanniques. Une longue période de léthargie a suivie, jusqu’au jour ou un spéléo français vivant en Chine « redécouvre » les cavités de Du’an. Sébastien Lissarrague a ensuite organisé en 2011 et 2012, deux expéditions françaises. Suite à notre venue, le gouvernement local a décidé à la surprise générale de développer le tourisme. Et encore plus étonnant, le tourisme plongée. J’ai eu la chance, que j’ai un peu provoquée en me rendant disponible, d’être la bonne personne, au bon endroit, au bon moment. Depuis avril 2013, j’ai été « intronisé » consultant officiel afin d’aider le Comté de Du’an a réaliser leur projet. Six mois plus tard, seulement, les autorités locales inauguraient en grandes pompes le Duan Diving Center, le 13 décembre 2013.

A cette occasion, toujours en collaboration avec le gouvernement local, nous avons organisé un événement unique dans l’histoire de la plongée et de la plongée souterraine. Une sorte de geste fondateur. En effet, jamais nul part ailleurs, que ça soit au Mexique, en Floride, dans le Lot ou en Thaïlande, un gouvernement n’avait non seulement ouvert un centre de plongée mais en plus invité la crème des explorateurs mondiaux à cette occasion. Pour « lancer » le centre et promouvoir la région, nous avons donc invité quelques unes des pointures de la plongée souterraine. Durant une semaine, Curt Bowen (USA), Richard « Harry » Harris (Australie), Martyn Farr (Grande Bretagne), Nathalie Lasselin (Canada), Mia Pietikiänen (Finlande), Pascal Bernabé, Sébastien Lissarague ont eu l’honneur et le privilège de partager des moments uniques et de découvrir à leur tour cette zone du sud de la Chine.

Mais avant de partager avec vous cette semaine inoubliable, exceptionnelle, je vais revenir sur cette année 2013, hors norme. Car avant d’ouvrir ce centre de plongée « au fin fond » de la Chine, il s’est passé un certain nombre de choses peu communes. Bien évidemment, lors de la première et même de la seconde expédition, je n’aurais jamais imaginé me retrouver embringué dans une histoire pareille. Déjà, c’est après la première expédition que j’ai envoyé balader ma vie d’avant, mon métier que je détestais. Je n’en pouvais plus du métro boulot dodo, de passer mes journées dans un bureau, devant un ordinateur et des visages hostiles. Je suis revenu de Chine, illuminé, une sorte de déclic et j’ai décidé de vivre ma vie, en conformité avec mes convictions. Du jour au lendemain, sans aucune préparation, je me retrouvais à 48 ans, sans savoir de quoi serait fait les mois à venir. J’ai bien fait car à partir de là, l’histoire s’est écrite presque toute seule.

Donc, en avril 2013, lors du premier voyage de l’année, je suis officiellement nommé consultant pour ce projet. Je propose un projet global, un projet d’aménagement du centre de plongée aussi. Ça tombe bien, dans ma vie d’avant, j’étais architecte d’Intérieur. Et moi qui avait juré de ne plus jamais recommencer. Second voyage en juillet où les travaux commencent à peine. Ouverture prévue en décembre… ! Oui, six mois pour sortir du néant un centre de plongé moderne et équipé d’une station de gonflage et de mélanges dernier cri.

N’oublions pas que nous sommes en Chine et qu’il n’existe aucun centre de plongée, que même les sociétés comme Coltri ou Bauer China, n’ont jamais installé et monté la moindre chose qui puisse ressembler à une station de gonflage plongée. Il est aussi important de rappeler le protectionnisme légendaire au niveau des importations de la Chine. Ce qui est relativement simple en France devient presque irréalisable dans l’Empire du Milieu. A cela, il faut ajouter les difficultés réciproque à comprendre les usages et coutumes de chacun. Le choc des cultures est énorme. Ils ne disent jamais non, même lorsqu’ils ne peuvent pas répondre à votre demande. Reconnaître une erreur est impossible, humiliation suprême. La pression est énorme sur les épaules de mon unique et géniale interlocutrice Mandy, qui fait tout pour que le projet avance. Néanmoins tout est différent, les malentendus nombreux, les pertes de temps innombrables. Les semaines, les mois passent et le retard s’amplifie.

Je reviens à l’automne, je suis catastrophé car nous sommes très loin de l’objectif final. Je crains le pire. Le projet avance, mais rien n’est là, les commandes sont à peine passées. Je me persuade qu’ils vont y arriver, mais je doute. Je reviens une semaine avant la Duan Diving Week, une semaine avant l’arrivée des plongeurs. La station n’est pas prête, le compresseur est dans un carton, les tampons ne sont pas là. Et en une semaine à peine, le miracle se produit, nous parvenons à terminer l’essentiel. Je vous passe les rebondissements, les catastrophes, les miracles, les crises de nerfs, les larmes, les rires, les raids éclairs au marché pour aller acheter les meubles… ! Jusqu’à la dernière minute, nous avons joué de la clef de 13 pour que tout soit opérationnel et présentable pour le lever de rideau. Et ça là était car, mes amis chinois se sont pliés en quatre pour comprendre mes exigences, pour réaliser ce que je leur demandais. Et si pour moi ça me paraissait simple et évident, pour eux c’était totalement incroyable, incompréhensible et saugrenu. Nous ne fonctionnons pas de la même manière et il est excessivement difficile de percevoir, réciproquement ce qui n’est même pas « conceptualisé » dans notre esprit.

Enfin, tout le monde est arrivé. Les fameux « famous divers », plus des plongeurs chinois, russe, de Hong Kong, de Singapour… ! Nous avons longuement discutés avec eux. Je pense que c’est le bon coté de la mondialisation. Tous différents mais tous semblables, partageant la même passion, le même enthousiasme, la même envie d’apprendre les uns des autres. Le centre s’est rempli, une activité frénétique a animé les lieux. Nous avons plongé bien évidemment. Ils ont découverts ces paysages étonnants et magnifiques. Ils ont découvert l’accueil légendaire réservés aux invités à Du’an. Ils ont découverts les cavités démesurées du sud de la Chine. Ils ont même pour certains prolongé de quelques mètres l’exploration des galeries. Nous avons presque tous participé au tournage du film de Nathalie Lasselin. Les conditions de plongée ne sont pas les meilleurs à cette période de l’année. Lors de la saison sèche la visibilité n’est pas excellente. Largement suffisante pour plonger et pour explorer, mais largement insuffisante pour sortir de belles images. Il faudra revenir pour boucler le film. Vraiment pas de chance… !

Et surtout, nous avons partagés nos aventures, nos expériences, nos cultures, nos projets. Passer une semaine avec Martyn Farr, Richard Harris et Curt Bowen… ! Même dans mes rêves les plus fous, je n’aurais jamais imaginé que cela puisse être un jour possible. Je découvrais une autre manière de faire, une autre approche de l’exploration souterraine. Je devenais un peu anglo saxon pour l’occasion. Nous avons plongé ensemble, tirer un peu de fil, fait un peu d’exploration, des moments simples, des franches rigolades, de l’humour. Quoi, une semaine de belle vie sous le ciel Chinois. A les entendre, à les écouter et à parler avec eux, j’ai compris que malgré nos cultures spécifiques, malgré nos différences, nous partagions la même volonté d’explorer et de partager nos découvertes. Encore une fois, si différents mais si semblables au fond. Avec ce dénominateur commun, cette logique partagée, nous n’avions pas besoin de grandes explications pour plonger et évoluer sous terre ensemble. Tout coulait de source, comme si nous avions déjà passé de nombreuses heures ensemble sous terre. Étonnant et tellement agréable.

Le jour de l’inauguration est arrivé, une journée mémorable. Là encore, jamais je n’aurais pu imaginer une chose pareil. Une scène a été dressé au bord d’un site de plongée. Les officiels sont tous là pour les discours. C’est surréaliste. Les villageois sont venus pour assister à cet événement. Un lieu si paisible, ressemble tout d’un coup en une sorte de foire animée et colorée. Plus tard, nous inaugurons le centre de plongée. Les rideaux rouges tombent, les fusées s’envolent dans un bruit assourdissant. Encore des discours, des interviews, des poignées de mains, des congratulations. La joie se lit sur tous les visages. L’après midi est consacrée aux conférences. La salle bondée au début se vide peu à peu. Seuls une poignée de plongeur profitent de l’occasion pour découvrir le récit de nos « exploits ». Enfin, le soir, le gouvernement a organisé un concert, en notre honneur. La grande place de la ville est bondée et à notre arrivée, la foule est en liesse. Incroyable, nous sommes l’espace de quelques heures des vedettes. Pour un peu, je me prendrais pour Michael Jackson… ! Heureusement dans quelques jours, je retournerais à l’anonymat salutaire de ma banlieue paisible… ! Jamais je n’aurais imaginé que la plongée souterraine m’amènerait là… ! C’est pas à Gramat ou à Bourg Saint Andèol que des choses comme ça arriveraient.. !

La semaine est passée trop vite bien évidemment. Nous sommes tous repartis dans nos foyers et dans nos pays respectifs. La plus part d’entre nous avons prévus de revenir le plus rapidement possible. Cette année et l’année prochaine et sans doute toutes les années à venir jusqu’à ce que nous ne puissions plus tenir debout sur nos deux jambes. L’avenir de cette région et du développement de la plongée est dans les mains des gens de Du’an. Bien évidemment, je vais, nous allons les aider un peu. Mais aujourd’hui, ils ont initiés une dynamique dans l’une des régions les plus attractives et les plus prometteuses de la planète. Nous en sommes tous persuadé, Du’an possède tous les atouts pour devenir la nouvelle Mecque de la plongée. Elle possède une ressource naturelle exceptionnelle, tant par la quantité, la qualité et la taille des sites. A ma connaissance, aucun endroit au monde ne possède autant de sources et cavités aussi grandes et aussi profondes. Du’an s’est donnée une base solide pour accueillir les plongeurs Chinois mais aussi du monde entier. Le mouvement est donné, il ne reste plus maintenant qu’à attendre la suite des choses. Et en Chine, elles vont vite, très vite.. !

Le Centre de Plongée, Du’an Diving.

Le centre de plongée est composé par un magasin, un espace gonflage avec bassin réfrigéré, un local avec un compresseur MCH36 Coltri, avec 8 tampons 300 bars, 4 air et 4 Nitrox. Il est équipé d’une station mélanges et d’un suppresseur pour gonfler les blocs d’oxygène des recycleurs. Car oui, les recycleurs sont les bienvenus. Oxygène, hélium et absorbent sont disponibles à volonté. Bien évidemment le centre disposent de vestiaires avec des casiers spécialement conçus et aménagés pour le bonheur du plongeur. Dehors, il y a un jardin, une terrasse, un bassin de rinçage, de quoi étendre les combinaisons. A l’étage, des salles de cours, des toilettes, des zones de stockage, un bureau et enfin sur le toit, une terrasse avec une sorte de salon extérieur et un local de stockage matériel pour ceux qui reviendront tous les ans et qui voudront laisser un peu d’équipement.